Stephen King : un maître du roman d'horreur!

 

Lorsque nous entendons parler de roman policier, de fantaisie, de mystère, de meurtre non résolu, d’enquête… que nous vient-il en premier à l’esprit? Stephen King, sans aucun doute !

images

Le célèbre écrivain américain rafle les prix littéraires comme personne : treize fois le Prix Bram Stoker, sept fois le Prix British Fantasy, cinq fois le Prix Locus, et j’en passe ! Le meilleur, on vous dit. Mr King a souvent été discrédité au début de sa carrière par les critiques littéraires, qui l’ont classé comme « auteur populaire » car, selon eux, les romans d’horreur étaient des sous-genres littéraires. Mais avec son incroyable talent (rappelons sa fameuse phrase dans Danse Macabre paru en 1978 : « si vous jugez le livre, le livre vous juge aussi ») et du temps, il a réussi à se défaire de cette étiquette et acquis plus de considération de la part de son public qui, lui, lui collera celle « d’écrivain de livres d’horreur ». Depuis son premier roman (Carrie, 1974), on peut compter jusqu'à cinquante titres signés de sa plume (dont quelques dizaines adaptés au cinéma), et trois cent cinquante millions de livres vendus. Ses œuvres sont connues pour son sens de la narration, ses personnages colorés ou sa capacité à provoquer la peur, mais pas seulement. Comme le dit clairement The New York Times, Stephen King n’est pas "just the guy who makes monsters" (= l’homme qui créé des montres) mais il est aussi connu pour ses références à la culture américaine (le côté sombre bien évidemment) sur lequel il porte un point de vue que l’on pourrait qualifier de "naturaliste" (terme que je ne vous ferai pas l’affront de vous l'expliquer).

Shining

Parmi ses œuvres principales, The Shining (L'enfant lumière) publié en 1977 ne passe pas inaperçu. Ce classique est, vous vous en doutez, un roman d'horreur. En 1980, une adaptation cinématographique en est réalisée grâce à Stanley Kubrick mais c'est le livre qui aura le plus de succès. Comme il s'agit d'une oeuvre très connue, il y a des chances pour qu'une grande partie d'entre vous le connaissent très bien. En voici rapidement le synopsis : Jack Torrence est un homme normal à première vue. Il est enseignant, a un fils et une femme et est néanmoins un peu colérique. Mais médium, il arrive à sentir les forces surnaturelles autour de lui au quotidien. Il fera par la suite la rencontre de personnes aussi spéciales que lui, et commencera à ressentir la force surnaturelle de l'hôtel où il vit. Le passé de l'hôtel refait surface, et ce dernier chuchote à Jack de tuer sa famille. Est-ce que Jack arrivera à contrôler l'hôtel et à sauver sa famille ? Le roman est resté une semaine sur "The New York Times Best Sellers list" (c'est le premier roman de King à y avoir pris place).

La-ligne-verte-affiche

La Ligne verte, publié en 1996, est un roman-feuilleton d'horreur (évidemment). Cette oeuvre est un bon exemple pour illustrer le traitement de certaines références à la culture américaine. Dans ce roman, Stephen King expose des réflexions sur la peine de mort (toujours le côté sombre) qui à cette époque était au centre des discussions politiques notamment dans l'état de New York où le romancier écrivait. Paul Edgecombe, centenaire, décide d'écrire son histoire. Il nous raconte qu'il était responsable du couloir de la mort dans une prison, et comment il a rencontré John Coffey, un condamné à mort qui disposait de pouvoirs guérisseurs. Toute l'histoire se déroule autour d'eux. Paul veut rendre les conditions de prison les plus humaines possibles et travaille dans ce sens. Ils passeront ensuite par de nombreuses aventures qui conduiront l'un d'eux à la mort.

" Voilà un roman dont il est impossible de se détacher et qui, une fois terminé laisse des traces. Une histoire incroyable, entre le réel et l'irréel, écrite comme seul Stephen King peut le faire. "  (Critiqueslibres.com)

Je vous indique enfin encore un site internet qui lui est spécialement dédié si l’envie d'en savoir plus sur lui vous prend : https://www.stephenking.com/

A bientôt !

Teodora HAIDUCU