Karl Lagerfeld : un génie du détail

Jusqu'au 20 mars 2016, à la Pinacothèque de Paris se tient A Visual Journey, une exposition photographique entièrement réalisée par Karl Lagerfeld et qui mêle mode et mythologie. Cet événement  met en lumière les différents centres d'intérêts du grand couturier et son goût pour les arts graphiques. Karl Lagerfeld est connu en tant que créateur, photographe, éditeur, designer mais également comme réalisateur. Il a su se construire un univers où chaque ligne est maîtrisée et où chaque détail a son importance. Signature emblématique de la mode, Lagerfeld sait d'instinct transformer tout ce qu'il touche pour que ce soit dans l'air du temps. Il ne laisse personne indifférent, son allure et sa personnalité intriguent. C'est au début des années 60 que Karl Lagerfeld se lance dans une carrière de styliste en France chez Chloé, puis en Italie chez Fendi, ainsi qu'en Angleterre et en Allemagne. En 1983, il est appelé par la maison Chanel, il rajeunira l'image de l’emblème du luxe parisien et réaffirmera sa suprématie. En 1987, Lagerfeld prend un nouveau tournant dans sa carrière en passant derrière l'objectif. Il signe alors son premier dossier de presse pour Chanel à la demande du directeur de l'image de la marque, Eric Pfrunder. Sa passion pour la photographie grandissant, il publie de nombreux ouvrages. Ce goût pour la prise de vue et l'image l'amène ensuite à faire des courts métrages qu'il réalise pour ses collaborations dans le domaine de la mode. Dans son exposition, A Visual Journey, on découvre son talent à travers des photographies de tout genre, qu'il s'agisse d'architecture, de Paris la nuit, de portraits ou encore bien évidemment de mode. Cette exposition à la Pinacothèque de Paris met en avant deux grandes installations qui nous révèlent le goût que porte Karl Lagerfeld pour la mythologie. Des extraits écrits de Daphnis et Chloé présentant l’œuvre avant sa mise en scène photographique ont été mis en avant . Pour Le Voyage d'Ulysse, Lagerfeld a fait imprimer sa production sur plusieurs planches rendant l’œuvre impressionnante par sa taille. Il met en avant l'histoire tout en gardant son côté moderne qui sait si bien le caractériser. L'exposition relate donc une infime partie de l’œuvre d'un homme aux multiples talents. Un rendez-vous à ne pas manquer pour tous les amateurs de photographie, d'art et de mode!

L'art de s'épiler les sourcils soi-même comme une pro

 

Tu les vois ces mannequins au regard si transperçant ??? Leurs sourcils si beaux et bien définis que tu n'a pas... ! Finis les sourcils des années 2000 fins et ultra linéaires comme cela :

pem

Place à la ligne marquée et définie qui surligne un regard plus profond et qui redéfinit le caractère du visage tout comme la belle Pénélope Cruz (qui donne très envie !) :

Afficher l'image d'origine

 Et oui ! La nouvelle tendance, c'est le gros sourcil !

Allez, on s'installe tranquillement dans sa salle de bain ou son salon avec son petit miroir grossissant et on prend son outil de travail INDISPENSABLE, notre meilleure copine : la pince à épiler !

pemm

Alors tout d'abord avant de commencer quoi que se soit, n'oublie pas de bien nettoyer ta peau afin d'éviter les mauvais désagréments après l'épilation !

Mais avant toute chose, laisse-moi partager les choses qu'il faut bannir absolument !!! Règle n°1 : NE PAS TROP ÉPILER ! S'il te plaît ! Il n'y a rien de joli dans des sourcils tout fins ! Règle n°2 :  Ne pas former les sourcils en accents circonflexes avec des extrémités minces ( si tu vois ce que je veux dire... ). Règle n°3 : Ne pas les raser ou utiliser un rasoir quel qu'il soit ! Ce serait la pire chose que tu puisses faire !

Commence donc par brosser tes sourcils à l'aide d'une brosse à sourcils ou d'une brosse à dents si tu ne possèdes pas de goupillon, cela fera parfaitement l'affaire.

Afin de rendre cet article plus facile à suivre, je te propose de regarder une illustration d'avant-après épilation du sourcil *Cristina Cordula Voice* ci-dessous et de suivre les instructions qui sont minutieusement écrites au-dessous de l'image.

Bonne chance ! You can do it !

epiler_sourcils

  • Pour déterminer où ton sourcil doit commencer, met un crayon ou un pinceau à maquillage sur un côté de ton nez. Là où il croise le coin interne de ton front, trace un petit trait, ce sera le point de départ de ton sourcil.
  • Met le crayon devant l’iris en touchant le coin externe de ton nez, c'est là que l'arche de ton sourcil doit commencer, trace aussi un petit trait.
  • Place l’extrémité du crayon de façon à ce qu’il touche en même temps le coin externe de l’œil et celui de ton nez. Son extrémité indique l’endroit où le sourcil doit prendre fin.  Pour mieux comprendre regarde les illustrations 2 et 3.
  • Avec une pince à épiler à angle faible, arrache les petits poils qui dépassent la ligne que tu auras dessiné (on en veut pas ! ) , et avec une pince à épiler pointue, attrape les poils tenaces et plus courts ( illustration 4, 5 et 6).
  • Pour finir, remplis tes sourcils en utilisant un crayon à sourcils, comme si tu dessinais des poils individuels, comme sur la dernière illustration (7). Cela permettra d'intensifier beaucoup plus ton regard.

Une fois la séance "d'épilation" finie, brosse tes sourcils pour les remettre en place. Il faut aussi savoir que la peau sera sans doute un peu rouge à cause de l'épilation. Prévoit donc d’épiler tes sourcils la veille d’une sortie ou quelques heures avant, et non pas au moment de te préparer pour sortir.

Voilà ! En espérant que cet article t'ait aidé !

Hommage à André Courrèges

Le 7 janvier dernier, l'un des plus importants couturiers français nous quittait malheureusement. Il s'appelait André Courrèges et, bien que son nom ne soit pas connu de tous, il a joué un rôle essentiel dans la modernisation de la couture et de la silhouette féminine.

Pour comprendre l'importance de son travail, il faut remonter le temps et s'imaginer cette époque qui nous semble si lointaine : celle où les femmes portaient encore des corsets serrés à en étouffer, de longs et larges jupons... Ce n'est qu'au siècle dernier que nous avons été libérés de cette mode si peu pratique à porter! Le changement a été radical : fini les extravagances, on dévoile enfin l'existence de nos jambes en osant les coupes courtes, et on se sent même féminine et élégante dans un pantalon. Mais à qui doit-on notre liberté de mouvements? À ces nombreux stylistes français qui, à partir des années 1920, comprennent les envies des femmes et décident de bouleverser le milieu de la mode. On pourrait citer quelques uns des plus connus d'entre eux, dont les noms vous sembleront plus familiers : Coco Chanel, Yves-Saint-Laurent, Christian Dior, Pierre Balmain...

Ce qu'on doit à André Courrèges, c'est la combi-short ! Simple et pratique, elle est devenue un indispensable qui se porte en toutes occasions. Ajoutons à cela que notre couturier cherchait avant tout à comprendre les besoins des femmes. À cette époque, elles sont de plus en plus nombreuses à travailler. Courrèges créait donc des vêtements simples, pour leur permettre de courir d'un rendez-vous à un autre, sans oublier d'y ajouter une touche d'esthétisme et d'originalité. Et si ses jupes étaient courtes, elles ne l'étaient pas de trop : « Une femme a besoin de se sentir belle tout en gardant son importance aux yeux d'un homme », disait-il. Inhabituel dans le monde de la haute-couture, le prix de ses collections était abordable à toutes: « La jeunesse étant l'avenir, et la jeunesse n'ayant que peu de moyens, précisait-il, c'est à elle que mes créations s'adressent aussi. » Pas non plus besoin d'avoir 25 ans pour porter du Courrèges car ses vêtements étaient, selon lui, faits pour toutes les femmes. En effet, comment un âge pourrait déterminer notre style ? Ce n'est qu'une question de personnalité et de goût.

Ces artistes modernistes qui grâce à leur influence changent le monde et son quotidien, ne seront jamais de trop. Bien que les années de gloire de la mode française soient derrière nous, on espère retrouver prochainement de nouveaux créateurs aussi ingénieux que l'était André Courrèges.

Car, comme l'a dit un jour Yves-Saint-Laurent à son propos : « Sa collection est apparue comme une bombe; après, plus rien n'était comme avant. »