Angèle : le nouveau phénomène musical

Depuis la sortie de sa première chanson "La Loi de Murphy" (12 millions de vues sur YouTube), la jeune chanteuse belge Angèle a gagné le cœur de millions de fans. A l'occasion de la sortie de son clip "Balance ton quoi" qui a connu un énorme succès en seulement un mois , nous avons décidé de revenir sur ce phénomène musical.

Résultat de recherche d'images pour "brol angele"

Son premier album intitulé BROL très attendu par ses fans est sortie le 5 octobre 2018 et a connu un énorme succès. "Brol" est un mot typiquement bruxellois, il désigne tous les petits objets qui vont se retrouver chez nous mais dont ne veut pas se séparer car on y est trop attachés. Dans son album, Angèle parle de plusieurs sujets qui représentent bien le brol : le bonheur, le rapport avec l'argent et la célébrité, l'homosexualité, la comparaison avec les autres notamment sur les réseaux sociaux ainsi que la jalousie...

Dans une interview pour Chérie FM, Angèle révèle que la photo sur la pochette de son album n'était pas celle qui avait été choisie au départ : elle avait fait plusieurs séances photos dans lesquelles elle posait avec diverses objets symbolisant le brol. Cependant, elle voulait une photo qui représente son second degré et sa spontanéité mais aussi son rapport très intime avec son public. Elle a donc tout naturellement choisi une photo de son enfance prise par son père. La fierté d'une petite fille de 6 ans qui vient de perdre sa dent de lait rend cette photo unique et drôle et c'est ce qui a tout de suite plu à ses fans.

Mis à part son style original et décontracté, sa longue chevelure blonde et sa légendaire frange, Angèle a su se démarquer par ses chansons aux paroles engagées mêlant anglais et français. On peut notamment citer "Victime des Réseaux" ou "Ta reine" mais surtout "Balance ton quoi" qui compte plus de 19 millions de vues sur YouTube en un mois seulement.

Dans ce titre, Angèle critique avec finesse et légèreté le sexisme dans la société et notamment dans le rap francophone. Elle fait un clin d’œil au phénomène #MeToo (#BalanceTonPorc en France) et intitule sa chanson Balance ton quoi pour élargir les horizons de sa critique. Il y a un mois, Angèle a sorti le clip de cette chanson dans lequel elle fait la promotion de sa nouvelle collection de vêtements dont l'argent de ses ventes est reversée à deux associations ("Centre 320" en Belgique et la "Maison des femmes" en France ) luttant contre les violences sexistes. Dans ce clip, la chanteuse nous immerge dans une académie créée de toutes pièces appelée "Anti-sexism Academy". Angèle joue le rôle d'une éducatrice puis d'une avocate afin de dénoncer des préjugés toujours ancrés dans notre société actuelle. Elle milite pour la liberté de paroles des femmes et dira dans une interview : " Les femmes aussi peuvent prendre la parole et dire ce qu'elles veulent."

Il y a également "Tout oublier", une chanson avec son frère le rappeur Roméo Elvis, qui aborde la question de l'impératif au bonheur. Ainsi ils s'inspirent du spleen baudelairien et répètent à plusieurs reprises :
« Le spleen n’est plus à la mode, c’est pas compliqué d’être heureux ». Pour illustrer leur propos, ils ont choisi de tourner un clip original : ils sont à la plage en tenue de ski.

"Flou" évoque une facette plus sombre de sa carrière : le succès fulgurant qui lui est tombé dessus. Angèle décrit ici son ressenti et nous donne sa vision de la célébrité. Elle avouera dans une interview pour Pure Charts que le second degré lui permet de garder les pieds sur terre. Elle poste régulièrement de petites vidéos humoristiques sur son réseau social préféré, Instagram.

Pour finir, le titre "Ta reine" parle d'une fille qui en aime une autre et qui n'ose pas le lui avouer à cause de l’homophobie dans la société : « Mais tu voudrais qu’elle soit ta reine ce soir Même si deux reines c’est pas trop accepté ». La fille en question n’est attirée que par les hommes : leur amour est donc impossible.

Angèle profite de sa notoriété pour véhiculer de nouvelles idées, faire changer les mentalités tout en divertissant son public.

Manon ROURE et Eve ROBLIN

Bohemian Rhapsody : une chanson aux multiples interprétations

Cela fait cinq mois que le film Bohemian Rhapsody retraçant la vie du groupe Queen, et plus particulièrement celle de leur chanteur Freddie Mercury, est sorti. Grâce à son énorme succès, le groupe Queen est, pour le bonheur de millions de fans, de nouveau sous le feu des projecteurs. Le film tient son nom de la chanson la plus célèbre du groupe et certainement la plus mystérieuse de toutes : Bohemian Rhapsody. En 2018, elle est devenue la chanson du XXème siècle la plus écoutée sur les plateformes de streaming avec 1.6 milliards d’écoutes. Mais de quoi parle réellement cette chanson mythique ?

https://www.youtube.com/watch?v=fJ9rUzIMcZQ

Sortie le 31 octobre 1975, Bohemian Rhapsody est l'une des chansons les plus connues du groupe Queen. C’est le premier single de leur quatrième album appelé « A night at the Opera ». Ce titre a tout de suite conquis le public par son originalité : il mêle le rock, l’opéra ainsi que des passages a cappella et ne possède pas de refrain. Il est également accompagné d’un clip vidéo promotionnel qui est un procédé inédit pour l’époque. En seulement deux ans, il sera élu « Meilleur single des 25 dernières années » par le British Phonographic Industry et sera systématiquement joué lors des concerts du groupe.

Pourtant ce titre a bien failli ne jamais être diffusé à cause de sa longueur : six minutes (les titres de l’époque durent trois minutes en moyenne). De plus, c’est le morceau le plus cher jamais réalisé et sûrement l’un des plus élaborés en termes d’enregistrement. Il a fallu six semaines et cinq studios différents pour enregistrer les 180 pistes pour les voix et les instruments. La chanson se compose de six parties : l’introduction a cappella, la ballade accompagnée par un piano, le solo de guitare de Brian May, la partie opéra, la partie rock et enfin la conclusion (l’outro). Certaines parties ne pouvaient pas être jouées en concert à cause de leur complexité technique. La partie a cappella était ainsi remplacée par une improvisation au piano  suivie du premier couplet. La partie opéra, composée de plusieurs enregistrements superposés, n’était quant à elle pas jouée.

D’après Roy Thomas Baker, le producteur du morceau, le nom final de la chanson a été trouvé très tard par Freddie Mercury. Il l’avait d’abord baptisé « Fred’s thing » qui veut dire « Le truc de Fred ». En musique classique, la rhapsodie est un morceau de forme libre parfois proche de l’improvisation qui réunit plusieurs thèmes et a des inspirations très diverses. Le terme « bohémien », quant à lui, désigne une personne ou une chose qui ne respecte pas les codes de la société.

Depuis sa sortie, le morceau soulève beaucoup d’interrogations concernant la signification de ses paroles. Certains pensent qu’il raconte les derniers moments d’un condamné à mort comme dans l’Etranger de Camus. D’autres y voient une référence aux Enfers et notamment au mythe de Faust qui aurait fait un pacte avec le diable. La théorie la plus répandue reste tout de même celle de la métaphore du coming-out de Freddie Mercury, une annonce cachée de son homosexualité adressée à son public. Elle sera finalement confirmée 40 ans plus tard par Tim Rice, le parolier du groupe, par Lesley-Ann Jones, biographe du chanteur mais aussi par son dernier compagnon, Jim Hutton.

Contrairement aux autres membres du groupe, Freddie Mercury n’aimait pas parler du sens des paroles de ses chansons. Il affirmera seulement que les paroles de Bohemian Rhapsody n’étaient que « du pur non-sens qui rime » laissant donc à chacun la liberté de les interpréter et « se faire [sa] propre idée » sur leur signification.

Eve ROBLIN

Superbowl 2019 : un show raté des Maroon V ?

Le 4 février 2019 dernier a eu lieu le Super Bowl (finale du Championnat de football américain), l'un des programmes les plus regardés aux États-Unis. Cette année, c'est le groupe de pop-rock Maroon V qui a assuré le show musical à la mi-temps. Aussi les avis des spectateurs et téléspectateurs sont-ils mitigés quand à la prestation du groupe.

Participer à un événement comme le Super Bowl est un plaisir qu'on ne peut pas refuser. Pourtant les chanteuses Rihanna, P!nk et Cardi B n'ont pas voulu en faire partie. Pourquoi donc ? Selon certains médias, elles ne souhaitaient pas succéder à Madonna, Michael Jackson ou encore les Rolling Stones en tête d'affiche du spectacle pour cette finale entre les "New England Patriots" et les "Los Angeles Rams".

Lorsque la NFL (National Football League) a annoncé que les Maroon V seraient à l'affiche de la mi-temps du Super Bowl 2019, des appels au boycott de la finale se sont multipliés. Une pétition a même été créée (rassemblant pas moins de 100 000 signatures) de sorte que le groupe se désiste par solidarité avec Colin Kaepernick, l'ex-quaterback de San Francisco. Il avait fait polémique en 2016 en refusant de se lever et avait mis un genou à terre lors du "national anthem" pour dénoncer les violences policières contres les noirs américains et avait été écarté du championnat puis avait porté plainte contre le NFL. A la suite de son acte, le président Donald Trump avait pris la décision en 2017 de renvoyer tous les joueurs qui l'imiterait en mettant un genou à terre. La même année, le rappeur Jay-Z avait lui aussi décliné la tête d'affiche du Super Bowl, affichant son soutien à Kaepernick.

Cependant, le groupe (composé majoritairement de blancs) n'est pas le seul à avoir créé une polémique. Les deux rappeurs américains présents aussi sur scène, Travis Scott et Big Boi ont eux aussi été critiqués alors que leur présence avait pour but d'atténuer la controverse.

En comparaison avec les autres concerts des années précédentes, on est forcés de constater que le spectacle à proprement parler n'était pas à la hauteur. Il n'y avait pas de folie et d’extravagance : ce n'était pas un réel show à l'Américaine. Mais peut-être les artistes présents ce soir-la, ont-ils manqué de temps pour préparer cette représentation qui aurait dû être exceptionnelle.

Anastasia TINTOR et Lauryne MORLET