Le journalisme politique en questions...

Après notre passage sur le plateau de Télématin, nous avons rejoint les classes de cinq autres lycées de l' Académie de Créteil pour participer à un débat organisé dans le cadre de la Semaine de l'Éducation sur le thème du journalisme politique. Durant deux heures et demi, Thomas Snégaroff, historien et chroniqueur de l'émission C Politique sur France, Alix Bouilhaguet et Michel Dumoret (tous deux ex-journalistes politiques de la rédaction et producteurs de L'Émission politique sur France 2) ont répondu à des questions posées par des lycéens représentant chaque établissement présent et qui avaient été préparées en amont en classe.

  

Une vidéo de Brut intitulée Top 6 des confrontations entre politiques et journalistes (1’21) a lancé le débat qui s'est ensuite déroulé en deux temps. Tout d'abord, il s'est agi de définir les spécificités du journalisme politique et ensuite de voir comment on travaille dans un magazine d'information et comment se construit un magazine politique. Les journalistes présents sur le plateau ont rappelé que leur rôle consiste à communiquer avec les hommes  politiques et à transmettre des informations aux lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs de manière impartiale. Il est indispensable de  savoir manier l'art de la rhétorique et d’être le plus honnête possible. Les journalistes politiques ne doivent pas exposer leurs opinions et les interviews d' hommes politiques sont souvent plus difficiles à réaliser que celles d'autres personnes. Les politiciens ont des talents d'orateurs et il est parfois difficile de les pousser dans leurs retranchements.

Alix Bouilhaguet a par ailleurs souligné que l'exercice prolongé du métier de journaliste politique ne nuit pas à la qualité et à l'impartialité de l'information dans la mesure où, si des liens peuvent se tisser avec certains hommes ou femmes politiques, un journaliste politique sait différencier vie professionnelle et vie privée. Selon nos trois intervenants et deux de leurs supérieurs présents dans la salle, ils sont tout à fait indépendants et ne sont ni influencés, ni limités dans les sujets qu'ils doivent aborder.

Le journalisme politique peut être aussi perçu comme une sorte de quatrième pouvoir puisqu'il permet aux lecteurs et aux téléspectateurs de se forger un esprit critique sur la situation politique en France comme dans le monde.

Enfin la question des réseaux sociaux parfois vecteurs de "fake news" ( ou infox) a été abordée. Ces derniers, dans la mesure où ils sont ouverts à tous, professionnels ou non, constituent parfois une menace pour la qualité de l'information. Rappelons à cet égard qu'un journaliste professionnel se doit de vérifier une information auprès de trois sources distinctes avant de la diffuser et s'attache à respecter les règles déontologiques de la profession.

Très intéressant et très instructif, cette rencontre nous a permis d'en savoir plus sur la profession de journaliste politique et les problématiques liées à son exercice.

Myriam BAOUI

Nos conseils de révision de dernière minute...

Que vous soyez en première ou en terminale, le bac arrive à très grand pas. Il a même pour certains déjà commencé. Certains et certaines d'entre vous se disent peut-être qu'ils sont très en retard dans leurs révisions... Ce dont je ne vous félicite pas ! Qu'est-ce que vous faites sur Internet d'ailleurs ? Allez réviser ! Ne partez pas je plaisante... Plus sérieusement, beaucoup de personnes se sont déjà retrouvées dans cette situation, que ce soit pour un examen ou tout simplement pour un contrôle important (moi le premier...). Mais tout n'est pas encore perdu, nous allons donc voir ce que l'on peut faire pour optimiser ces derniers précieux jours de révisions. Ces conseils sont également valables pour les premières qui passent des épreuves anticipées cette année et aussi les secondes dont le tour viendra l'année prochaine... 1. Réviser à la dernière minute ne signifie pas passer ses journées à réviser Que vous soyez plus ou moins en retard dans vos révisions, il ne faut surtout pas vous mettre en tête que vous allez passer des heures devant vos fiches bristol. Déjà parce que vous allez vous stresser et parce que si vous faites ça, vous allez vite vous décourager et vous allez être frustrés. Le plus important dans une situation comme celle-là est l'OR-GA-NI-SA-TION ! Il faut essayer d'être le plus efficace possible en un minimum de temps. Vous avez sûrement déjà entendu ce terme, mais il faut que vous vous fassiez un planning de révision. Pensez également à bien dormir. Le sommeil est très important, donc essayez de ne pas tomber de fatigue sur votre cahier d'histoire à 3 heures du matin... 2. Les "mind maps" (cartes mentales) et les "flash cards" (cartes "question-réponse" rapides) seront vos meilleures alliées Vous les connaissez sûrement, les mind maps (ou cartes mentales) sont des cartes résumant vos cours sous formes de dessin. Vous écrivez l'idée principale au centre et les idées de plus en plus précises autour, reliées entre elles par des traits (si vous ne voyez pas ce que c'est, je vous invite à chercher sur Google, je suis sûr que vous connaissez !). Les flash cards, quant à elles, sont des cartes "question/réponse". Vous pouvez par exemple marquer d'un côté "découverte de l'Amérique" et de l'autre "1492", vous voyez le principe... C'est un système assez simple, mais très efficace ! Prenez le temps de vous créer des mind maps et des flash cards pour toutes les notions que vous considérez importantes et où vous avez le plus de difficultés. Vous pouvez penser que vous perdrez du temps à faire ça, mais une fois que vos cours seront clairs et synthétisés, votre apprentissage se fera beaucoup plus rapidement. De plus, créer ces cartes vous demandera un effort, et cela participera à votre apprentissage... 3. Votre planning de révisions Vous avez désormais vos principales armes en main. Encore faut-il les utiliser efficacement... Je vous conseille pour cela de préparer des "to-do lists" (liste des tâches à accomplir)  pour chaque journée. De ce fait, vous serez organisés dans vos idées et votre programme et vous vous imposerez des limites personnelles. Mais attention, ne vous donnez pas d'objectifs trop importants, sinon vous ne vous y retrouverez plus. Par exemple, si vous devez réviser pour l'oral de français, ne marquez pas sur votre liste "réviser pour l'oral". Optez plutôt pour "réviser les cinq premières lectures analytiques" puis "réviser les textes complémentaires correspondants" par exemple. Faites vraiment cet effort de décomposer vos tâches pour y voir plus clair. De plus, dès que vous barrerez une tâche sur votre liste, vous libérerez un petit stock d'endorphine vous procurant une sensation de plaisir (et oui, on révise la matière SVT par la même occasion !). En ce qui concerne les flash cards, je vous conseille une méthode que je trouve très efficace qui est de se faire une boîte à flash cards. Le principe est simple : vous allez créer dans cette boîte plusieurs compartiments correspondants chacun à une journée ou encore une demi-journée. Au départ, toutes vos cartes seront dans le premier compartiment, et si vous trouvez la bonne réponse pour une carte, alors vous pourrez la mettre dans le compartiment suivant, sinon vous la laisserez dans celui-ci. Vous réviserez alors les cartes du premier compartiment chaque jour, puis celles du deuxième tous les deux jours et ainsi de suite. 4. Se mettre à travailler Le plus dur lorsque l'on révise et plus généralement quand on travaille n'est pas le travail en lui-même mais de s'y mettre. Pour cela, votre to-do list vous aidera déjà beaucoup. Mais il ne faut pas vous dire que vous allez bosser pendant plusieurs heures d’affilée pour être plus efficace, cela produira en fait l'effet inverse : vous allez vous décourager. Je vous conseille plutôt d'opter pour un travail rythmé : plutôt que de vous forcer à travailler pendant longtemps, essayez par exemple de réviser pendant 20 minutes (et de ne faire que ça, pas de téléphone ni quoi que ce soit pouvant vous distraire) puis de prendre des pauses de 5 minutes entre chaque séquence, mais 5 minutes montre en main, où vous pourrez aller prendre un café ou répondre à vos messages... En faisant cette opération trois fois de suite, vous aurez révisé pendant une heure efficacement et vous vous serez reposé 15 minutes ! De plus, n'hésitez pas à vous faire des petites récompenses personnelles. Ça peut être n'importe quoi, un morceau de chocolat, un café... Mais ne faites pas l'inverse ! Qui ne s'est jamais dit "allez un petit chocolat et je m'y mets" ? Clairement, vous n'aurez pas le courage de vous y mettre. Alors que dans le sens inverse... Enfin, essayez de motiver vos amis pour faire des groupes de révision ! Vous pouvez par exemple échanger vos cartes de révisions ou encore vous entraider sur des sujets compliqués à comprendre... L'union fait la force !   Donc ne partez surtout pas avec l'idée que vous êtes fichus. Avec un peu d'organisation et de bonne volonté, vous pourrez réviser vos cours les plus importants de façon très efficace (Ne faites surtout pas l'impasse sur les "petits coefficients", mais lorsque vous êtes en manque de temps, il faut aller à la pêche aux points...). J'espère que ces conseils vous seront très utiles mais dans tous les cas, n'oubliez pas : "Eye of the Tiger !!"   Quelques liens utiles : Notre article sur l'Anticafé, un lieu de travail optimal et original en plein cœur de Paris :  http://ljdl.lyceerobertschuman-charenton.fr/2017/03/23/nous-avons-teste-pour-vous-lanticafe/ La chaîne YouTube de Fabien Olicard, mentaliste ayant fait un bon nombre de vidéos sur la mémoire, la mnémotechnie et les révisions (et m'ayant également beaucoup inspiré pour cet article) : https://www.youtube.com/user/FabienOlicard Une vidéo de Cyrus North, où il donne des conseils pour le bac de Philosophie :  https://www.youtube.com/watch?v=sLNsas8GYvg&t=12s Un site pour la révision du bac de Français que je trouve assez complet et intéressant :  http://commentairecompose.fr/  

Hugo LEPINGLE

Méfaits de l’alcool, de la drogue et de la cigarette : ce que vous devez savoir !

Au moment de l'adolescence, le corps change. Aussi parfois les envies évoluent et certains dont tentés par des substances addictives et nocives pour la santé. C'est pourquoi le JDL a jugé important de vous rappeler les risques liés à la consommation d'alcool, de tabac ou de drogue.  

L'alcool Premièrement il faut savoir que les adolescents commencent à boire de plus en plus jeunes et surtout souvent en grande quantité. L'OFDT (Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies) indique qu'à l'âge de 17 ans, près de 9 jeunes sur 10 reconnaissent avoir déjà bu de l'alcool, et que 25% des jeunes ont déjà connu l'ivresse. Cependant on ne mesure pas toujours l’ampleur des dangers liés à l'alcool. En effet, l'alcool comporte des risques de troubles psychologiques, de maladie du foie,du pancréas, des problèmes cardio-vasculaires mais a également des conséquences sur le développement du cerveau ou peut encore être un facteur d'isolement ou de marginalisation.

article d

La cigarette

En France près de 7 adolescents sur 10 âgés de 17 ans ont déjà fumé ou vapoté, et 1 sur 3 d'entre eux finit par être dépendant. Et pourtant la liste des produits toxiques contenus dans une cigarette n'est plus un secret pour personne : une cigarette contient du goudron, du cyanure, de l'arsenic, de l'ammoniac... Les adolescents ne doivent pas se croire à l'abri des méfaits de la cigarette sur la santé : les risques de développer des maladies cardio-vasculaires et des cancers augmentent très fortement. Par ailleurs la consommation de tabac jaunit considérablement les dents et garantit une mauvaise haleine. Il est donc préférable d'éviter d'essayer la cigarette car une fois habitué on devient tout aussi accro à la nicotine qu'au geste.

10738942-17715245

  La drogue enfin Commevous le savez sans doute déjà, la consommation de drogue a des conséquences telles que la perte de mémoire, des problèmes de concentration, des problème physiques, des conséquences sur le développement du cerveau et encore bien d'autres effets très nocifs à la santé. Ces troubles peuvent en effet entraîner des difficultés scolaires et même pour certains un véritable isolement social. Par ailleurs il ne faut pas oublier que la consommation du cannabis est illégale en France et donc que si la police vous trouve en possession de drogue (peu importe la quantité), vous risquez un an d'emprisonnement et 3750 euros d'amende.   index  

Nine MELCHIOR