PAS PLEURER ou la Guerre civile espagnole racontée à ma fille...

Le 17 novembre dernier, plusieurs classes de 1ère et deTerminale du Lycée Robert Schuman se sont rendues au Theâtre du Val d'Osne à Saint Maurice  pour assister à la représentation de Pas Pleurer , un spectacle théâtral adapté par Lou Grézillier du roman de Lydie Salvayre. Dans cette pièce, le personnage principal Montsé raconte la Guerre civile espagnole a? sa fille à travers son propre vécu.

.theatre fauteuil

La Guerre Civile Espagnole fut engendrée par un conflit qui opposa de 1936 a? 1939 le gouvernement républicain espagnol de Front populaire a? une insurrection militaire et nationaliste dirigée par le général Franco. Cette guerre civile (juillet 1936-mars 1939) fut sans aucun doute l'un des événements majeurs du XXème siècle. Montse?, ou Montsita pour les plus intimes, âgee de 86 ans, a vécu toute sa vie dans un petit village qui fut particulièrement touché par la Guerre civile Espagnole. Soixante-quinze ans plus tard, Montse? raconte cette époque a? sa fille, la narratrice, autour d’une anisette. Interprétée par cinq acteurs accompagnés d’un batteur, la pièce donne une bonne vision de la Guerre civile espagnole, que ce soit pour des adultes ou bien encore pour des adolescents.

L’éclairage mis en oeuvre pour la mise en scène adoptait principalement dans les tons chauds, sepia. Les acteurs nous ont proposé souvent des monologues; tour à tour les personnages nous donnaient leur point de vue, leur vision de ce a? quoi ils avaient été confrontés pendant cette guerre. Pour attirer l’attention et amener une pointe d’humour a? cette pièce malgre? le sujet tragique évoque?, les acteurs utilisaientsouvnet un langage familier, parfois même émaillé d'insultes, mais aussi des scènes de joie, d’amour, de danse et de convivialite?. Personnellement, je recommande cette pièce a? des personnes de toute tranche d’âge. Elle est enrichissante en terme de culture générale et les acteurs interprètent très bien leurs rôles. Aussi, même s'ils appartiennent au passé, ces événements restent tout de même bien gravés dans les mémoires et dans l’histoire. Il est donc important que tout le monde connaisse cette page capitale de l'histoire espagnole.

Carlotta LAROCHE