Au cœur de la rédaction des Echos...

  Le 20 mars dernier, à l'occasion de la Semaine de la presse , notre classe de Première L, accompagnée de Mme Montreuil (professeure documentaliste) et de M. Morlevat (professeur de français) a eu la chance de visiter les locaux de la rédaction du quotidien Les Échos Créé en 1908, le quotidien Les Échos partage de nouveaux locaux avec Le Parisien  depuis novembre dernier au numéro 10 de l'avenue de Grenelle. Le journal est axé sur l'économie française et mondiale et s'adresse ainsi plutôt à un lectorat professionnel (cadres, entreprises...). Aujourd'hui il peut être lu aussi bien sur papier que dans sa version numérique. C'est Clémence Lemaistre, rédactrice en chef de la version web des Échos, qui nous a fait visiter les locaux du journal. Elle nous a tout d'abord expliqué le fonctionnement du journal numérique dont elle a la charge, nous  présentant les différentes sources utilisées (comme l'Agence France Presse ou encore l'Agence Reuters) et les statistiques du site comme par exemple le nombre de lecteurs sur un article à un instant T. Nous avons ensuite assisté à la conférence de rédaction, en petit comité, du journal web, puis nous nous sommes rendus dans une salle de réunion pour assister à la grande conférence de rédaction du journal papier.     Au cours d'une journée, le journal organise quatre conférences de rédaction : - La première en cours de matinée avec les chefs de services et de   rédaction - La seconde à midi entre la rédaction et les secrétaires de  rédaction, qui décident de la mise en page du numéro papier à  paraître. - La troisième dans l'après midi avec les chefs de service s'il y a de  nouvelles informations. - Et enfin la quatrième en début de soirée afin de finaliser la Une  (mise en page, informations à  mettre en valeur...) Les articles destinés au numéro papier doivent être terminés avant  20 heures 30, puisque le numéro part en impression à Montpellier  pour sa première édition (qui sera distribuée dans tout le sud de la  France).  Certains articles peuvent cependant encore être rajoutés  entre temps dans la seconde et dernière édition du numéro, imprimée  cette fois-ci à Paris à 23 heures (édition qui sera diffusée quant à  elle dans la  partie nord de la France).   À l'issue de la conférence de rédaction, Clémence Lemaistre nous a fait visiter les différents services (rubriques) du journal tels que les services "Finance", "Entreprises et industries" (en charge des entreprises aéronautiques, automobiles, industries de luxe, de mode, etc) ou encore le service "France" (en charge de sujets sociaux, politiques, économiques, culturels...). Le journal comporte également un service "International", avec des correspondants un peu partout dans le monde (New York, Bruxelles, Pékin, Londres, Berlin) et certains envoyés spéciaux qui peuvent suivre par exemple les déplacements importants de certains hommes politiques. Chaque rubrique dispose d'un nombre de pages limité dans chaque numéro mais celui-ci peut varier en fonction de l'actualité et des annonceurs publicitaires. Tout au long de notre passage dans les différents services, nous avons pu discuter et poser des questions aux journalistes qui nous ont appris beaucoup sur le fonctionnement du journal. Le lectorat du journal est essentiellement composé  de cadres et d'entrepreneurs. Comme tous les journaux aujourd'hui, la version papier a de moins en moins de succès (les ventes de numéros papiers ont été divisées par deux en moins de 10 ans) mais le journal se porte relativement bien notamment  grâce à sa version numérique et à ses abonnements (45 000 à 50 000 abonnements web actuellement) et aux activités parallèles qu'il exerce (organisation de salons, de conférences, aides aux PME...)   Notre visite s'est achevée en fin de matinée, après avoir fait un petit point sur nos impressions et posé nos dernières questions à Mme Lemaistre. Merci encore à la rédaction des Échos et à Clémence Lemaistre pour leur accueil, à Mme Montreuil et M. Morlevat pour nous avoir accompagné et au lycée pour nous avoir permis de réaliser une sortie très enrichissante, qui nous a permis d'apprendre beaucoup sur les coulisses d'un journal et le journalisme en lui-même. 

Anaëlle ANDRÉ