Irlande 2018 : Belfast et les conflits Catholiques/Protestants...

Lors du voyage scolaire organisé en Irlande en avril dernier, les élèves participants ont eu l'occasion de visiter la ville de Belfast et ainsi de comprendre les différents conflits qui ont opposé pendant de longues années Catholiques et Protestants. Belfast est une ville chargée d'histoire, notamment parce qu'elle a été le centre de certains combats entre catholiques et protestants. En effet, dans les années 1960, commencent les guerres civiles pour l’indépendance de l’Irlande. Les catholiques veulent son indépendance tandis que les protestants  entendent rester avec l'Angleterre. Aussi aujourd'hui ressent-on encore des tensions envers les étrangers dans la ville car certains habitants se méfient de ceux qui ne seraient pas de la même religion qu'eux. A l'occasion de cette visite les élèves ont pu observer des fresques représentatives de ces conflits sur les murs, exposant les points de vues des deux "camps" de manière artistique. [caption id="attachment_3208" align="aligncenter" width="586"] Fresque avec sur la gauche "Ireland stands with Catalonia", exprimant la volonté d'être un pays indépendant comme la Catalogne.[/caption]   Une zone nous a particulièrement marqués : le no man's land. Comme son nom l'indique, cette zone est presque désertée car c'est la frontière entre les parties Catholique et Protestante de Belfast.     Cette visite a été particulièrement édifiante sur l'histoire de Belfast et a permis aux élèves de se projeter dans l'Irlande de l'époque de ces tensions grâce aux fresques sur les murs.

Gabriel FERRIGNO

Schuman in Ireland...

Du 8 au 14 avril, 50 élèves du Lycée Robert Schuman ont eu la chance de participer à un voyage en Irlande. De Belfast à Dublin en compagnie de quatre de leurs professeurs, ils ont découvert tous les recoins du pays de nos chers amis, sans oublier les célèbres Leprechauns!  Voici jour après jour le récit de leur périple. Jour 1 Il est 6 heures 30 et les élèves viennent tout juste de démarrer pour une longue route en car. Après avoir embarqué sur le bateau, les élèves ainsi que les professeurs s'installent dans leurs cabines et profitent des longues heures passées à bord pour admirer la mer. Jour 2 Il est 8 heures et le ferry arrive enfin en Irlande. L'aventure commence par une petite virée à Kilkenny pour déjeuner et commencer les achats. A 19 heures, c'est l'arrivée à Monaghan et la rencontre des familles qui vont les accueillir. C’est l’heure de ressortir toutes ses connaissances en anglais ! Jour 3 Visite de Dublin. Après 2 heures 30 de route, le groupe arrive à Croke Park pour une visite guidée du grand stade ainsi que de son ludique musée : une occasion pour les élèves de tester leurs capacités en matière de «Hurling », un sport typiquement irlandais aux règles complexes. L’après-midi, c’est promenade dans l’Université de Trinity College.     Jour 4 Ce quatrième jour est marqué par l'atmosphère sinistre et lugubre liée aux tensions encore visibles entre catholiques et protestants dans Belfast, ville où le protestantisme est très présent et la paix (signée il y a déjà 20 ans) est encore très fragile. Un mur d'environ 15 mètres a  été mis en place pour éviter les violences entre les deux camps. Du côté protestant règne la couleur rouge et bleu ainsi que le drapeau britannique qui représentent le protestantisme. De plus les maisons sont peintes de fresques en rapport avec les guerres et les persécutions.  Du côté catholique, c'est beaucoup plus pacifiste, beaucoup de signes de paix sont mis en avant. Pour achever cette journée, les élèves réalisent un micro-trottoir sur le sujet de ces tensions auprès des habitants.                               Jour 5 En ce cinquième jour nos "petits Irlandais" partent à la découverte de nombreux lieux typiques de l’Irlande. La matinée est marquée par une grande marche et un gros bol d’air à la "Giant’s Causeway", en français « la Chaussée des Géants". Ce site mondialement connu est très touristique en raison  de  son paysage original, totalement unique et de sa légende. Plus tard dans la journée les élèves partent à la découverte d’un autre lieu typique, chargée une fois de plus d’histoire. Nous avons tous entendu parler du Bloody Sunday (« dimanche sanglant » en français). Cette triste journée est intervenue alors que les relations entre protestants et catholiques étaient au plus mal. Nous avons pu constater de nombreuses fresques représentant cet événement dont le bilan est de douze morts.   Jour 6 En ce dernier jour, c'est le moment de plier bagages et dire au revoir aux familles d'accueil. Les élèves visitent en fin de matinée un "bateau cercueil", surnommé ainsi en raison des très difficiles conditions de séjour à bord qui se traduisaient souvent par des décès.         Enfin vient l'heure des derniers achats ou captures de souvenirs, puis de l’embarquement pour la France.

Hasna AIT JERMOUM et Émilie VICENTE

Au cœur de la rédaction des Echos...

  Le 20 mars dernier, à l'occasion de la Semaine de la presse , notre classe de Première L, accompagnée de Mme Montreuil (professeure documentaliste) et de M. Morlevat (professeur de français) a eu la chance de visiter les locaux de la rédaction du quotidien Les Échos Créé en 1908, le quotidien Les Échos partage de nouveaux locaux avec Le Parisien  depuis novembre dernier au numéro 10 de l'avenue de Grenelle. Le journal est axé sur l'économie française et mondiale et s'adresse ainsi plutôt à un lectorat professionnel (cadres, entreprises...). Aujourd'hui il peut être lu aussi bien sur papier que dans sa version numérique. C'est Clémence Lemaistre, rédactrice en chef de la version web des Échos, qui nous a fait visiter les locaux du journal. Elle nous a tout d'abord expliqué le fonctionnement du journal numérique dont elle a la charge, nous  présentant les différentes sources utilisées (comme l'Agence France Presse ou encore l'Agence Reuters) et les statistiques du site comme par exemple le nombre de lecteurs sur un article à un instant T. Nous avons ensuite assisté à la conférence de rédaction, en petit comité, du journal web, puis nous nous sommes rendus dans une salle de réunion pour assister à la grande conférence de rédaction du journal papier.     Au cours d'une journée, le journal organise quatre conférences de rédaction : - La première en cours de matinée avec les chefs de services et de   rédaction - La seconde à midi entre la rédaction et les secrétaires de  rédaction, qui décident de la mise en page du numéro papier à  paraître. - La troisième dans l'après midi avec les chefs de service s'il y a de  nouvelles informations. - Et enfin la quatrième en début de soirée afin de finaliser la Une  (mise en page, informations à  mettre en valeur...) Les articles destinés au numéro papier doivent être terminés avant  20 heures 30, puisque le numéro part en impression à Montpellier  pour sa première édition (qui sera distribuée dans tout le sud de la  France).  Certains articles peuvent cependant encore être rajoutés  entre temps dans la seconde et dernière édition du numéro, imprimée  cette fois-ci à Paris à 23 heures (édition qui sera diffusée quant à  elle dans la  partie nord de la France).   À l'issue de la conférence de rédaction, Clémence Lemaistre nous a fait visiter les différents services (rubriques) du journal tels que les services "Finance", "Entreprises et industries" (en charge des entreprises aéronautiques, automobiles, industries de luxe, de mode, etc) ou encore le service "France" (en charge de sujets sociaux, politiques, économiques, culturels...). Le journal comporte également un service "International", avec des correspondants un peu partout dans le monde (New York, Bruxelles, Pékin, Londres, Berlin) et certains envoyés spéciaux qui peuvent suivre par exemple les déplacements importants de certains hommes politiques. Chaque rubrique dispose d'un nombre de pages limité dans chaque numéro mais celui-ci peut varier en fonction de l'actualité et des annonceurs publicitaires. Tout au long de notre passage dans les différents services, nous avons pu discuter et poser des questions aux journalistes qui nous ont appris beaucoup sur le fonctionnement du journal. Le lectorat du journal est essentiellement composé  de cadres et d'entrepreneurs. Comme tous les journaux aujourd'hui, la version papier a de moins en moins de succès (les ventes de numéros papiers ont été divisées par deux en moins de 10 ans) mais le journal se porte relativement bien notamment  grâce à sa version numérique et à ses abonnements (45 000 à 50 000 abonnements web actuellement) et aux activités parallèles qu'il exerce (organisation de salons, de conférences, aides aux PME...)   Notre visite s'est achevée en fin de matinée, après avoir fait un petit point sur nos impressions et posé nos dernières questions à Mme Lemaistre. Merci encore à la rédaction des Échos et à Clémence Lemaistre pour leur accueil, à Mme Montreuil et M. Morlevat pour nous avoir accompagné et au lycée pour nous avoir permis de réaliser une sortie très enrichissante, qui nous a permis d'apprendre beaucoup sur les coulisses d'un journal et le journalisme en lui-même. 

Anaëlle ANDRÉ