Journée d'immersion à France Télévisions

« Direct dans 5...4...3...2...1... C'est parti ! » La tension est palpable ce jeudi 23 mars 2017 à 12 heures dans la régie du Journal Télévisé de France Info. Une demi-heure plus tard, c'est sous les applaudissements que s'achève la diffusion du JT de la mi-journée. Nous sommes quatre élèves de notre lycée à assister à ce moment de télévision. Présents depuis le début de la matinée dans les locaux de la chaîne France Info, nous avons la chance de passer une journée complète au cœur de la jeune chaîne d'information, dans le cadre de la "Semaine de la presse". Retour sur une aventure remplie de découvertes, rencontres et autres belles surprises. Il est 7h45 quand Léoli MATOBO (Seconde professionnelle), Sarah AIT (Première littéraire), Sara MAICHE (Première littéraire), moi-même, Cyril THEOPHILOS (Terminale littéraire) et Monsieur Morlevat (professeur) nous retrouvons devant l'imposant bâtiment de France Télévisions dans l'ouest de Paris (15ème arrondissement). Rejoints par Pauline Jacob de France TV Education  et Choukri Kouas, représentant du CLEMI (Centre de Liaison de l'Enseignement et des Médias d'Information), la journée peut enfin débuter. Après avoir franchi le contrôle de sécurité, munie de nos badges nominatifs, c'est d'abord vers la salle de conférence de rédaction de la chaîne [caption id="attachment_2292" align="alignright" width="300"]Conférence de rédaction du JT de France Info. Conférence de rédaction du JT de France Info.[/caption] que nous nous rendons pour assister à la conférence de préparation du Journal de midi qui réunit journalistes, présentateur (Sébastien Thomas) et rédacteur en chef. Thème principal du jour: les attentats survenus à Londres la veille, bien sûr.. Les journalistes présents font un point sur les informations disponibles sur le sujet, sur la manière dont il convient de les présenter de manière pertinente et non choquante. Ensuite, chaque journaliste peut intervenir pour proposer et présenter un sujet qu'il aimerait traiter, prendre la responsabilité de faire un point actualité, aller sur le terrain avec une caméra pour chercher des images, etc... Les journalistes présents nous offrent même l'opportunité de proposer nous-mêmes une idée de sujet.  Notre proposition, un sujet sur le mouvement de la Love Army lancé par Jerôme Jarre qui consiste à collecter de l'argent pour aider la Somalie, est d'abord validé, mais finalement non retenu quelques minutes plus tard car on vient de se rendre compte qu'il a déjà été traité sur les autres chaînes. Une conférence de rédaction se fait toujours à chaud avec une mise en commun des informations disponibles et en rajoutant celles qui peuvent arriver à tout instant pendant la conférence. C'est ici que se construit le contenu du journal télévisé et c'est pourquoi tout doit donc bien être organisé, préparé,... A l'issue de la conférence, nous avons l'occasion d'échanger avec les journalistes sur le fonctionnement d'une conférence de rédaction et la création d'une émission.   Ensuite, nous assistons à une seconde conférence de rédaction, organisée sur les mêmes bases, mais cette fois-ci pour préparer les modules que diffuse la chaîne. [caption id="attachment_2296" align="alignright" width="300"]Visite du plateau du JT de France Info. Visite du plateau du JT de France Info. [/caption] Vient enfin le moment de nous rendre sur le plateau de la chaîne pour visiter un espace que les téléspectateurs retrouve quotidiennement. Nous nous retrouvons entourés de lumières et de caméras. A la différence des autres chaînes d'information en continu, France Info, jouant la carte de la transparence, a pris le parti de mettre, sur le plateau même, bureaux et ordinateurs des journalistes de la rédaction. De plus et, cette fois-ci, contrairement à toutes les autres chaînes de télévision, le plateau est quasiment en libre accès. Il est possible de le traverser, même pendant un direct et on peut ainsi se retrouver en arrière plan à la télévision. Notre visite se poursuit dans deux bureaux spécifiques. Tout d'abord nous passons quelques minutes avec les graphistes de la chaîne. [caption id="attachment_2298" align="alignright" width="300"]Charte graphique ou « Identité » de la chaîne. Charte graphique ou « Identité » de la chaîne.[/caption] Ces derniers travaillent sur des logiciels tels qu'After Effects, Photoshop, et  réalisent tout ce qui est logo, iconographie... dont pourrait avoir besoin un journaliste pour illustrer son sujet. Ils nous expliquent que chaque marque, chaque chaîne dispose de ce que l'on appelle une charte graphique où par exemple sont spécifiés au millimètre près la distance entre chaque lettre du logo de la chaîne, la police d'écriture à utiliser impérativement, les couleurs autorisées, etc... Il s'agit en fait de "l'identité" de la chaîne. [caption id="attachment_2299" align="alignright" width="225"]Exemple de programmation pour une semaine de diffusion sur une chaîne en continu. Exemple de programmation pour une semaine de diffusion d'une chaîne  d'information, en continu (France Info.[/caption] Puis nous rejoignons le bureau des responsables de la programmation. Leur rôle est aussi capital. Le conducteur est calculé à la seconde près. Chaque programme doit rentrer dans une durée prédéterminée. Aussi, lorsqu'un événement survient pendant un direct (ce que l'on appelle dans le jargon journalistique une Breaking News) et qu'il doit être retransmis sans attendre, ou lorsqu'une émission dure plus longtemps que ce qui était prévu à la base, toute la programmation s'en trouve chamboulée et le conducteur des programmes doit être repris et réadapté.         [caption id="attachment_2300" align="alignright" width="225"]Régie de France Info. Régie de France Info.[/caption] L'étape suivante de notre visite est la régie de la chaîne où nous assistons au lancement du Journal Télévisé de midi. « Direct dans 5...4...3...2...1... C'est parti ! » La tension est palpable. Une demi-heure plus tard, c'est sous les applaudissements que s'achève cette diffusion. Le travail de réalisation en régie est capital : il faut lancer chaque sujet précisément à la fin de la phrase du présentateur, actionner les bonnes caméras pour ne pas perdre le regard du présentateur. Tout doit être réglé et géré avec la plus grande précision pour obtenir un rendu digne de ce nom et qui saura garder l'attention du téléspectateur présent devant son poste de télévision. Après avoir déjeuné et découvert la cantine de France Télévisions, c'est un moment important pour nous cinq. La chaîne nous offre l'opportunité de faire deux lancements en direct. Sans hésiter une seule seconde, Sara Maiche et moi-même sautons sur l'occasion. Après avoir recueilli les instructions de Sébastien Thomas, le présentateur, nous écrivons sous son contrôle le (court) texte que nous allons dire en direct. C'est avec une petite pression, appuyée par l'équipement d'un micro et d'une oreillette, que nous nous dirigeons derrière les caméras du plateau. Pendant la diffusion du dernier sujet des JT de 15 et 16 heures (vers 15H10 pour ce qui me concerne et vers 16H10 pour Sara), Sébastien Thomas nous appelle. Puis reprenant l'antenne, il nous présente aux téléspectateurs et nous demande de lancer la suite des programmes. C'est une magnifique expérience pour Sara et moi qui sortons du plateau juste après avec des étoiles encore plein les yeux. [video width="720" height="576" mp4="http://ljdl.lyceerobertschuman-charenton.fr/ADI/files/bibliotheque/sauvegarde-ancien-site/JOURNAL/wp-content/uploads/2017/05/SARA-FranceInfo_2017-03-23T16_14_54D45.mp4"][/video] [video width="720" height="576" mp4="http://ljdl.lyceerobertschuman-charenton.fr/ADI/files/bibliotheque/sauvegarde-ancien-site/JOURNAL/wp-content/uploads/2017/05/CYRIL-FranceInfo_2017-03-23T15_11_31D37.mp4"][/video] Enregistrements vidéo des lancements de Sara et Cyril au cours des journaux de 15 et 16 heures du  23 mars 2017 (cliquer sur les flèches pour les visualiser).   La journée s'achève ensuite par la visite de la rédaction "numérique" de France Info qui gère l'application de la chaîne. Nous y découvrons trois " pôles" :  une équipe s'occupe de l'information dite "chaude", une est chargée de vérifier les informations, de "rewriter" (réécrire) les articles qui le nécessitent et enfin une troisième réalise des enquêtes plus longues qui peuvent parfois être publiées après plusieurs mois d'investigation. unnamed

Notre petite équipe en compagnie de Sébastien Thomas

Comment terminer cet article sans remercier l'administration du lycée, Monsieur Morlevat, le CLEMI et bien sûr France Télévisions avec une mention toute particulière pour Laetitia Le Brestec (qui nous a très gentiment piloté tout au long de la journée),  de nous avoir permis de vivre une journée dont nous nous souviendrons? Grâce à eux, nous avons pu nous sentir "journalistes" le temps d'une journée. Nous avons découvert qu'être journaliste ce n'est pas seulement recueillir des informations ou écrire des articles et qu'un JT ne pourrait exister sans les personnes qui gèrent de la programmation, les graphistes, les présentateurs, les personnes qui s'occupent de l'entrée des invités, tous les personnels techniques... Personnellement, cette  journée d'immersion dans le monde de l'information et de la télévision m'a conforté dans mon envie de devenir journaliste et de travailler plus tard dans le monde de l'information.

Cyril THEOPHILOS

   

Dans les coulisses de France Télévisions...

Le 23 mars dernier, Cyril, Sarah, Leoli et moi-même avons eu l'honneur de passer une journée entière dans les locaux de France Télévisions et plus particulièrement dans ceux de la chaîne France Info, grâce au CLEMI (Centre de Liaison de l'Enseignement et des Médias d'Information), à Mme Perron (Proviseure de notre lycée), M. Morlevat (professeur) et bien sûr à tous les collaborateurs de la chaîne que nous remercions vivement. Cyril et moi avons même eu la chance de faire chacun un lancement de rubrique en direct. Voici le récit illustré d'une journée hors du commun. Image-1 Nous avons commencé notre journée par deux conférences de rédaction qui réunissaient rédacteurs en chef et journalistes. Chaque journaliste propose un sujet qu'il aimerait traiter et tente de convaincre le rédacteur en chef ce qui génère quelquefois des discussions animées. Puis les différentes tâches sont réparties. Nous avons même pu proposer une idée de sujet qui a d'abord été validée pour notre plus grand bonheur mais  qui n'a malheureusement pas été retenue car on s'est rendu compte qu'elle avait déjà été exploitée sur les autres chaînes. Cela nous a montré concrètement que le journalisme nécessite réflexion et préparation et  demande aussi  de se tenir informé sur ce que font les autres rédactions. IMG_8377

Conférence de rédaction de 8 heures

Ensuite nous nous sommes séparés en deux groupes : l'un s'est rendu à "la programmation" de la chaîne et l'autre au service de "l'infographie" puis inversement. La programmation consiste à entrer dans un logiciel la liste de tous les programmes qui doivent passer à l'antenne et à quelle heure très précisément. Les graphistes de l'infographie créée des images numériques demandées par les journalistes pour illustrer leurs sujets en suivant une charte graphique précise.

Les journalistes nous ont également présenté une technologie qui n'est utilisée pour l'instant par aucune autre chaîne d'information :  le Hub!  Il s'agit en fait tout simplement d'une tablette interactive géante qui permet de présenter des images, des vidéos, des sondages... pour illustrer et accompagner leur intervention.

IMG_8386 2

Le fameux "Hub" 

Juste avant de déjeuner à la cantine de France Télévisions, nous avons visité la régie. Nous avons été impressionné par le grand nombre d'écrans et de claviers contrôlés par une dizaine de personnes.

 IMG_8402IMG_8406

La régie 

Puis est venu le moment pour Cyril et moi de faire nos lancements. Nous avons écrits chacun notre texte avec l'aide de Sébastien Thomas, le présentateur des journaux de l'après-midi. C'était une expérience extraordinaire, l'une des meilleures de ma vie. Pour ma part lorsque j'écrivais le texte j'étais stressée, j'avais les mains qui tremblaient mais au moment où Sébastien Thomas a prononcé mon nom et que c'était à moi de parler le stress s'est envolé comme par enchantement. C'était comme si j'avais fait cela toute ma vie.

Notre visite au cœur de l'info s'est achevée par la rédaction "numérique" qui gère le journal de France Info en ligne.

Tout au long de la journée, nous avons rencontré des gens extrêmement sympathiques et courtois et qui ont su se rendre très disponibles malgré leur charge de travail. Encore un grand merci à tous ceux qui ont rendu cette visite possible!

Sara MAICHE

Hugo Loup : entre le sport et les cours...

Parmi le grand nombre d’élèves de notre lycée, des talents sont cachés. Aujourd'hui, j'ai choisi de vous présenter l'un d'entre eux. J'ai eu l'occasion de m'entretenir avec Hugo, un élève de 1ère Professionnelle, passionné de sport depuis son plus jeune âge. 

 hg

Hugo au tournoi professionnel de Paris 

JDL: Bonjour Hugo, merci de nous accorder cette interview pour le Journal des Lycéens. Pourrais-tu nous parler de toi? Hugo: Bonjour, je m'appelle Hugo Loup, j'ai 16 ans et je suis en 1ère Pro Commerce. JDL: Comment se passe ta scolarité dans la filière Professionnelle? Était-ce un choix? Hugo: Ça se passe bien, merci. C'était mon choix. J'avais de bonnes notes au collège et je voulais choisir une filière spécialisée et je ne regrette pas mon choix. JDL: Quelles sont les matières qui diffèrent entre la filière Professionnelle et la filière Générale? Hugo: On a "Arts appliqués", trois matières commerciales qui sont "Accueil", "Vente" et "Animation" et on a plus de "Sciences". JDL: Pourquoi avez-vous une façon de vous habiller différente le mardi dans la voie Professionnelle? Hugo: C'est tout simplement pour s'habituer à la vie professionnelle. JDL: As-tu des activités en dehors de l'école? Hugo: Oui, je fais du tennis et du waterpolo. JDL: Depuis quand pratiques-tu le tennis? Hugo: J'ai commencé à l'âge de 4 ans. JDL: A quelle fréquence? Hugo: Une fois par semaine. JDL: Qu'est ce qui t'as donné envie de commencer ce sport? Hugo: C'est mon père qui m'a poussé quand j'étais petit et après c'est devenu une habitude. JDL: Participes-tu à des tournois? Hugo: Oui, je participe aux Championnats de Paris à la mi-novembre. JDL: As-tu une idole sportive? Hugo: Milos Raonic, c'est un canadien, il est grand et baraqué. JDL: Aimerais-tu faire de ce sport ton métier? Hugo: Je ne pense pas que ce soit possible  car je n'ai pas les compétences requises, mais j'aimerais bien. JDL: Donc tu fais aussi du waterpolo? Hugo: Oui, j'en fais depuis 5 ans. JDL: Combien de fois par semaine? Hugo: Le lundi, le mardi et le mercredi mais comme j'ai aussi tennis le mercredi j'en fais que deux fois par semaine. JDL: Tu joues dans une équipe mixte? Hugo: Non, il n'y a que des garçons. JDL: Vous faites des tournois avec cette équipe? Hugo: Oui, des tournois nationaux. Je devais partir à Reims récemment mais finalement je n'y suis pas allé. JDL: Y a-t-il un esprit de compétition dans ton équipe? Hugo: Oh! oui, vraiment. JDL: Et d’où t'es venue l'envie de faire du waterpolo? Hugo: J'avais envie de faire un sport original. Alors je suis allé au Forum des associations et comme je savais bien nager, je me suis dit pourquoi ne pas essayer. JDL: N'est-ce pas trop difficile de s'organiser entre le waterpolo, le tennis et les cours? Hugo: Si d'autant plus que je travaille en plus le samedi. JDL: Qu'est ce que tu fais? Hugo: Je travaille dans un magasin de tennis et aussi dans mon club de temps en temps. Ça m'occupe tout mon samedi mais je fais tout pour m'organiser et je fais mes devoirs quand je peux. JDL: Pour toi qu'est ce qui prime: l'école ou le sport? Hugo: L'école, je n'ai pas le choix parce que je suis sûr de ne pas faire du sport mon métier. JDL: Et bien Hugo, merci de nous avoir accorder de ton temps et bonne continuation!

Sara MAICHE