Au Salon de la Mode, du Luxe et du Design...

Le salon de l’Étudiant de la Mode, du Luxe et du Design a ouvert ses portes le samedi 10 novembre dernier. Habillées de nos plus beaux vêtements nous nous sommes rendues en métro au 3 quai de Grenelle, à Paris afin de sélectionner quelques écoles que nous jugeons particulièrement intéressantes. Nous allons donc vous livrer notre "Top 3" de ces formations.

Le salon de l’Étudiant proposait un large choix d'écoles et dans des domaines différents tels que le marketing ou encore le maquillage. Pour pouvoir accéder aux portes ouvertes des salons organisés par L'Étudiant, rappelons que l'on peut obtenir une invitation gratuite en s'inscrivant sur le site de L'étudiant ou en les prenant directement au CDI. Après être entrées dans le salon, nous sommes parties dans la salle réservée aux différents exposants et où se trouvaient tous les stands.  Une immense foule s'était déplacée pour assister à l'événement. Malgré cela nous avons pu récolter de nombreuses informations sur plusieurs écoles. Nous allons donc vous présenter le classement des trois écoles que nous pensons être les plus intéressantes.

En n°3 : L’École Internationale de Marketing du Luxe

L’École Internationale de Marketing du Luxe (EIML Paris) est la première école en France à proposer un programme Grande École de Bac à Bac+5 spécialisé dans le domaine du Luxe, et permettant d’obtenir des diplômes reconnus par l’État de niveau 2 (cycle Bachelor) et niveau 1 (cycle Mastère), à travers plusieurs cycles Bachelors francophones et bilingues et plusieurs mastères et MBA. Paris est la capitale mondiale du luxe mais le marché du luxe s’est largement développé et ne cesse de s’accroître au niveau international. C’est pourquoi les cours sont dispensés en français en 1ère et 2ème années, avec un apprentissage intensif de la langue anglaise, puis en français ou en anglais en 3ème, 4ème et 5ème années afin de permettre à des étudiants anglophones d’effectuer un ou plusieurs semestres de cours à l’EIML Paris, et à tous les étudiants de réaliser des stages dans des entreprises de luxe à travers le monde.

                                         

________________________

En n°2 : Moda Domani Institute 

Créée par l'ISG en 2014, Moda Domani Institute est la Business School spécialisée dans les mondes du luxe, de la mode et du design. C'est la 20ème école membre de IONIS Education Group.

L’école a trois grandes valeurs qui distinguent sa pédagogie: passion, ouverture et initiative.

Cette école post-bac en 5 ans s'appuie sur une pédagogie innovante pour former ses étudiants : culture numérique, pilotage stratégique de la marque et capacité créative. Ainsi, plus de 50% du temps de formation est consacré à la culture projets, aux cours à la carte, aux workshops, aux conférences avec des grands professionnels du secteur, des intellectuels et des artistes!

L'école propose un cycle Bachelor en 3 ans qui a pour objectif l'acquisition et la consolidation des bases à travers des matières telles que : la gestion générale de l'entreprise, la culture et la pratique numérique, la communication, l'étude de la vie des entreprises, des marques & des cycles de vie des produits ou encore un cours 100% en anglais : Luxury & Fashion Retail. Ces trois années servent également au développement de la culture projets et de l'expérience internationale.

____________________________

Et enfin en 1ère position : Mod'Art international 

Mod’Art International est une grande école de mode française qui forme les futurs leaders des métiers du textile, de l’accessoire et du luxe. Elle dispense des parcours de bac à bac+5 formant des stylistes-modélistes et des managers de la mode et du luxe.

Reconnue dans le milieu de la mode et du luxe, Mod’Art International s’adapte aux évolutions techniques, créatives et économiques pour former les professionnels de demain.

Grâce à un fort réseau de partenaires, des campus recrutement sont organisés au sein de l’école afin de mettre en relation les étudiants avec de grandes maisons de mode.

Enfin, l’école de mode met l’accent sur l’ouverture à l’international via des séjours et séminaires à l’étranger, des échanges avec des universités partenaires ainsi que des cursus anglophones! Cela permet aux étudiants d’enrichir leur enseignement, d’élargir leur connaissance professionnelle et de bénéficier d’une expérience internationale.

Myriam BAOUI et Tania TOURNADE

Maquillage : Les tendances pour l'automne-hiver 2015/2016

Un teint hyper lumineux Si l’été dernier la mode était au teint presque nu (c'est-à-dire invisible), cet hiver la tendance est celle d’un teint lumineux très naturel mais pourtant hyper travaillé à grands coups d’embellisseurs de teint et d’enlumineurs subtilement irisés. Pour un joli résultat, commencez par unifier votre teint avec un fond de teint et un correcteur, puis appliquez un enlumineur crème ou poudre sur le haut des pommettes, l’arc de Cupidon et l’arrête du nez. Pour un effet encore plus marqué, vous pouvez aussi illuminer juste au-dessus de la queue de votre sourcil, au niveau de l’os de la paupière, et au centre de votre front et de votre menton. À vous de doser selon votre envie et votre type de peau. Les ombres colorées Pour obtenir une tendance "nude" (c'est-à-dire neutre) il faut utiliser un fard à paupières dans les tons orangés. Doux et chauds à la fois, ces tons adoucissent et réchauffent le regard. Parfait pour un "make-up nude" sophistiqué, le fard à paupières orange se porte sur toute la paupière mobile comme chez Rodarte. Si Rodarte accessoirise son maquillage des yeux avec quelques tons différents, Branquinho joue l'extravagance en y apportant quelques plumes. Enfin on peut citer  le make-up irisé, plus sobre, qui tend vers la couleur Marsala de Vanessa Seward, avec une ombre qui rehausse le regard d’un teint English rose, frais et naturel, comme celui des anglaises. Le maquillage des yeux étirés Sur les "catwalks" (podiums), les tendances de l’automne-hiver affiche un maquillage des yeux étirés. En "smokey eyes" (un fard noir très foncé) ou en charbonneux (un fard sombre mais pas forcément noir), la tendance est au regard XXL. Les traits d'eye liner se prolongent jusque sur les tempes comme chez Chisato et Fendi. Un tracé de liner graphique et exagéré qui souligne parfaitement le regard. Tout aussi étirés, les maquillages des yeux charbonneux de Chanel, ou ceux de Cushnie et Ochs et Elie Saab, dont les tracés de la partie inférieure et supérieure de l’œil esquissent un joli détail en se prolongeant sans toutefois se toucher. La bouche "nude" Issue de la très influente tendance du "no make-up" (c'est-à-dire absence de maquillage), la bouche nude est l'une des grande tendance maquillage automne-hiver 2015/2016. Chez Fendi et Les Copains, celle-ci vient adoucir un maquillage des yeux très charbonneux. En revanche, chez Isabelle Marant, Etam ou encore Ferretti, la bouche nude s'accorde naturellement avec les tons d'un maquillage très épuré. Un voile de mascara sur le regard, et une touche de blush pêche ou légèrement rosé pour illuminer le teint. Autant d'astuces pour vous embellir et traverser l'hiver dans la lumière en attendant les futures tendances du printemps...

La petite robe noire en deuil...

La petite robe noire, aujourd'hui considérée comme un classique du vestiaire féminin, n'est pas seulement une représentation simple de l'élégance française.

Au début du XIXe siècle encore, le noir est réservé aux veuves, domestiques et religieux. Et si on remonte plus loin encore dans le temps, on saura que les étoffes noires étaient les moins chères (les couleurs avaient alors un prix). Le noir habillait majoritairement les classes sociales les plus pauvres. Mais à partir de la fin de la Première Guerre Mondiale, la robe noire devient un habit du quotidien pour toutes. Couleur du deuil, couleur dans laquelle toute autre se perd et s'efface, les stylistes comprennent : les femmes ne cherchent plus à exhiber richesse, originalité ou beauté. Touchées par la perte des maris, des enfants, des parents, d'une partie de leur peuple, elles s'unissent et se confondent par ce même vêtement car, face à la violence et la mort, les sentiments de peur, de chagrin et d'impuissance sont les mêmes pour tous. Les stylistes redessinent ce modèle à plusieurs reprises. Mais c'est Gabrielle Chanel qui, en 1926, lui donnera une allure qu'aujourd'hui encore nous connaissons tous. Simple, courte et à manches longues, elle apparaît à la première page de la version américaine du magazine Vogue, qui déclare alors que la femme moderne est née. La sortie de cette petite robe noire fait polémique : elle est dite trop courte et audacieuse pour symboliser le deuil et la tristesse.

Aujourd'hui portée pour toutes occasions, la petite robe noire plaît pour sa simplicité et son chic, sa désinvolture élégante. De nombreuses personnalités, comme par exemple Audrey Hepburn, l'ont arborée.

Les récentes attaques terroristes ont malheureusement laissé place, une nouvelle fois, au noir. A Paris, la petite robe noire ne sort pas s'amuser. La noirceur est partout, pourtant. Dans nos cœurs, nos esprits, et puis elle domine les unes des magazines. Si la robe noire est portée ces jours-ci, ça ne sera que pour les mêmes raisons qu'il y a de cela presque un siècle. Ça ne sera que pour exprimer notre soutien et notre souffrance face aux événements. Mais surtout pour laisser place à une craie blanche, qui écrira la suite de notre histoire.