M le maudit : une tragédie moderne !

Résultat de recherche d'images pour "m le maudit"En janvier dernier, dans le cadre du projet "Lycéens au cinéma", plusieurs classes de Schuman dont la 1ère L se sont à nouveau rendues aux Cinémas du Palais de Créteil pour voir cette fois-ci M le maudit, un grand classique signé Fritz Lang sorti en 1931. L'histoire se déroule dans une ville allemande où la terreur règne a cause d'un tueur d'enfants inconnu : M le maudit interprété par Peter Lorre... __________________________________________ On peut diviser le film en trois parties distinctes : les meurtres du tueur d'enfants, son identification et sa traque et enfin son jugement. Au début du film, une mère attend sa fille qui doit rentrer de l'école pour lui faire à manger...Au bout de quelques minutes, elle n'est toujours pas là et on apprend que le tueur d'enfants a encore frappé. C'est avec ce début que l'intrigue du film va se mettre en place. Le tueur a pour habitude de siffler lorsqu'il se trouve avec une potentielle victime. C'est lorsqu'il va acheter des ballons pour l'enfant qu'il se prépare à tuer que le vendeur, un mendiant aveugle, va découvrir son identité. Le mendiant s'empresse de prévenir quelqu’un pour l'informer qu'il a découvert le tueur. Il va ainsi être pris en chasse par un habitant qui va le marquer d'un "M" sur l'épaule droite de son manteau. Le tueur va être ensuite pris en chasse à la fois par la police et par des organisations qui veulent le capturer pour le tuer à cause des ses péchés. Peter Lorre interprète à la perfection le rôle du tueur. On a l'impression qu'il agit de manière naturelle dans son rôle, il en est complètement imprégné. Fritz Lang alterne scènes muettes et scènes remplies de dialogues dynamiques et crée des changements brusques de plans, un peu comme si nous étions "tendus". Le spectateur peut ainsi mieux ressentir l'ambiance générale dans laquelle il reste constamment plongé. Le tueur finit par être capturé par des citoyens qui veulent tous sa mort mais la police arrive à temps pour éviter un lynchage consécutif à un simulacre de procès et le faire passer devant un tribunal légal. Le film se conclut par la morale d'une mère victime du tueur : "nous devrions mieux surveiller nos enfants". Ce film est une réelle réussite : Fritz Lang a su bouleverser les codes de son époque, en proposant une oeuvre à la fois malveillante et presque violente, tout en nous transmettant une morale à la fin.

Gabriel FERRIGNO